green blue economie

Postulat sur l’économie vert.

L’économie verte est une économie qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale, tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources.

 

En effet, des secteurs clés vont connaître une transformation importante dans leur organisation et dans leurs métiers (source Organisation internationale du travail) comme par exemple : l’agriculture, l’industrie forestière, la pêche, l’énergie, l’industrie manufacturière fortement consommatrice de ressources, le recyclage, le bâtiment, les transports.

Évolution de l’économie verte et de ses métiers.

En attendant, les conséquences sur l’emploi seront importantes : l’économie verte va faire émerger des nouvelles professions, elle nécessitera surtout l’acquisition de nouvelles compétences pour exercer les métiers traditionnels et modifiera la hiérarchie des professions qui recrutent. La plupart des emplois liés à l’économie verte sont présents dans grand nombre de secteurs de l’économie. Ils contribuent à diminuer les consommations d’énergie et de matières premières et d’eau, à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à minimiser ou à éviter totalement toutes les formes de déchets et de pollution, et à protéger et restaurer les écosystèmes et la biodiversité.

 

En effet, en 2019, plus de la moitié des offres « environnement » publiées concernent les métiers de la prévention et du traitement des pollutions, nuisances et risques et les métiers de la protection humaine, de l’hygiène, santé et sécurité. Les premiers couvrent essentiellement le traitement de l’eau ou des sols et la gestion des déchets mais aussi la recherche de technologies propres pour réduire les impacts des entreprises et la gestion des risques industriels.

 

Les deuxièmes couvrent le suivi de la qualité des aliments ou des liens environnement-santé et tout ce qui relève de la RSE en matière de QHSE. Viennent ensuite les métiers de l’aménagement du territoire et du cadre de vie (construction des infrastructures, entretien des espaces verts) et les métiers de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables, ceux-ci comprenant également les métiers de la gestion énergétique des bâtiments. Les métiers de la gestion sociale de l’environnement quant à eux représentent 10% des offres.

 

Enfin, la dernière catégorie couvre les métiers de protection de la nature, de gestion et étude des milieux et des équilibres écologiques généralement assurés par les services de l’Etat ou des associations spécialisées.

Les positions réalisées:

Directeur RSE, Directeur QHSE, Directeur Risque, Directeur Environnemental, Directeur Qualité Sécurité Environnement, Directeur Protection des Risques Environnementaux.

NOTRE EXPERTISE SECTORIELLE